// Vous lisez...

Présentation

Présentation

La Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau – Afrique de l’Ouest organise du 03 au 19 mars 2016, une Caravane ouest-africaine pour la terre, l’eau et les semences paysannes, qui mobilise 15 pays de la sous-région, afin de faire entendre les voix des communautés et populations et interpeller nos autorités, sur les questions de terre, eau et semences paysannes.

Elle partira du Burkina Faso, passera par le Mali pour ensuite rallier la Sénégal, la destination finale.

Les buts de la Caravane
-  Sensibiliser la population des pays d’Afrique de l’Ouest sur l’accaparement des terres, de l’eau et des semences, ainsi que sur les défis et enjeux liés à ces ressources
-  Mobiliser les organisations et mouvements sociaux en Afrique de l’Ouest pour la construction d’un mouvement fort, afin de faire valoir et sécuriser les droits des communautés et promouvoir l’agriculture familiale, basée sur l’agroécologie paysanne et la souveraineté alimentaire.
-  Soutenir les militant/es et les communautés qui défendent les droits humains liés à la terre, à l’eau et aux semences et dénoncer leur criminalisation.
-  Interpeller les autorités politiques et administratives nationales et les institutions sous régionales (CEDEAO et UEMOA) sur nos revendications et propositions.

Les pays représentés au sein de la Caravane :
Pour parvenir à ces buts, la plupart des pays de la sous-région ouest-africaine se sont associés à la Caravane : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Guinée-Conakry, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Togo, Sénégal, Sierra Leone.

Les participants de la Caravane
Environ trois cent (300) participants sont prévus, parmi lesquelles des représentants d’organisations des victimes d’accaparements de terres et de l’eau, des déguerpi/es des quartiers populaires, des jeunes, des femmes et des ONG ;

Les activités organisées au cours de la caravane :
Chaque pays organise des événements, des activités, telles que des conférences populaires, des projections de films, des rencontres avec des parlementaires, des maires de communes, des autorités, sur des thèmes tels les droits à la terre, à l’eau, le contrôle sur les semences paysannes, le foncier, l’accaparement des terres, l’agroécologie, le droit à l’alimentation, la souveraineté alimentaire.

Le Livret vert de la Convergence :
Les revendications et propositions de la Convergence Globale des Luttes pour la Terre et l’Eau – Afrique de l’Ouest sont décrites dans un Livret vert de la Convergence. Ce livret sera remis aux différentes autorités et aux représentants des instituions sous régionale tout au long de la caravane, notamment auprès de l’UEMOA, et de la CEDEAO, ainsi qu’au représentant de l’Union Africaine. Enfin une cérémonie de remise officiel au Président en exercice de la CEDEAO à Dakar mettra fin à la caravane.

Les activités de l’étape du Mali
Suivant son itinéraire la caravane, fera escale à :
• Sikasso – 8 mars : Forum sur « Semences, agroécologie paysanne et femmes ». Clôture d’un atelier de 5 jours sur les semences paysannes, foire aux semences, atelier du Comité Ouest-Africain pour les Semences Paysannes (COASP)
• Bamako – 9/10 mars : Marche nationale contre la loi foncière agricole. Atelier-débat sur les régimes fonciers et les droits à l’eau. Ateliers sur la Déclaration pour le droit des paysans (ONU).
• Kayes – 12 mars : Conférence/débat sur les migrations, les mines et l’emploi des jeunes.
Le village des Sans Terre :
Cette année, la troisième édition du Village des sans Terre, espace des victimes d’accaparements des terres dans le milieu rural et de spéculation foncière dans le milieu urbain et peri urbain, coïncide avec la caravane sous régionale. Elle débutera à Bamako par une marche à destination de l’Assemblée Nationale et feront échos des luttes maliennes mais aussi sous régionales. L’accent sera mis sur objectifs spécifique suivants :
• Partager et faire converger les luttes autour de la terre, de l’eau, des semences, des forêts et des mines au niveau national, sous régional et international autour des témoignages des victimes ;
• Se mobiliser pour une amélioration du contenu du projet de loi foncière agricole malienne pour sécuriser les terres des communautés ;
• Débattre la Déclaration sur les Droits des paysans et paysannes et sur des futures directives foncières au niveau sous régionale.

Commentaires

Pas de Message