// Vous lisez...

Messages clés

L’accaparement des terres rend vulnérable des milliers de communautés de paysans, d’éleveurs et de pêcheurs et viole leurs droits humains.

Le consentement libre, préalable et éclairé des populations et leur participation pleine et entière à tous les processus de décisions qui impactent leur vie et garantissent le respect de leurs droits humains devraient sous tendre toute politique foncière. En ignorant ces préalables nos gouvernants ouvrent la voie à des risques d’accaparement des terres des milliers de communautés ; ce qui pourrait causer la violation de leurs droits relatifs à la gestion de la terre, de l’eau et des semences paysannes ou d’autres ressources naturelles ainsi qu’à l’alimentation et la nutrition Aussi nous adjugeons le notre droit de dire « Non à l’accaparement des terres, de l’eau et des semences paysannes ».

Commentaires

Pas de Message