// Vidéos
Cette catégorie contient 10 billets

Aides ménagères : Machines à tout faire !

Victimes de sobriquets les plus méprisants : petite bonne, 52, bonniche, machine à tout faire, de nombreuses aides ménagères souffrent dans le silence. Pour un revenu très maigre, elles doivent travailler sans relâche, dès l’aube au crépuscule et même très tard la nuit. Des sévices corporels en passant par la violence morale, elles subissent tout : aucun de leur (...) (Lire la suite…)

Kaolack : Battre le macadam pour dire non à l’accaparement des terres

Au Sénégal, plus particulièrement dans la région de Kaolack, les populations font face à de nombreuses difficultés liées à l’accaparement des terres, à l’accès à l’eau potable … Dans le cadre de la caravane ouest africaine pour la terre, l’eau et les semences, une marche de protestation a été organisée dans cette ville pour interpeller les autorités sur la question. (...) (Lire la suite…)

Rude combat pour une autosuffisance alimentaire à Kayes !

Au Mali, la région de Kayes veut atteindre l’autosuffisance alimentaire grâce à la petite exploitation paysanne. C’est le combat de l’Association des Organisations Professionnelles Paysannes (AOPP). Bassi Kanté, coordonnateur de cette structure, nous parle de leurs difficultés, défis pour l’avenir et interpelle les autorités pour une meilleure prise en compte des (...) (Lire la suite…)

Ibrahim Coulibaly : L’accaparement des terres fait le lit au terrorisme

Ibrahim Coulibaly est un paysan très actif dans les mouvements de défense des droits des petits exploitants agricoles. Après plusieurs combats menés dans son pays le Mali, il prévient dans cette interview les dirigeants africains sur l’expropriation des paysans de leurs terres. (Lire la suite…)

Savoir-faire paysan : des semences conservées depuis des millénaires

L’un des combats de la Caravane ouest-africaine pour la terre, l’eau et les semences est aussi celui de la préservation des semences paysannes africaines. Des semences vieilles de plusieurs siècles jalousement gardées et transmises de génération en génération. Ils renferment parfois un pan important de l’histoire africaine. Aujourd’hui ce patrimoine semencier (...) (Lire la suite…)

Culture du coton BT : ils nous ont grugés !

Houndé est une région cotonnière de grande importance au Burkina. Dans cette localité, de nombreux cotonculteurs ont adopté le coton BT. La caravane ouest africaine y a fait une halte pour échanger avec les paysans. Lohan Wanhoun est cotonculteur, après deux ans de culture du coton BT, il l’abandonne pour fuir aux effets dévastateurs liés à la culture de ce (...) (Lire la suite…)

Mali : Ces paysannes qui entreprennent dans l’agriculture

La Convergence des Femmes Rurales pour la Souveraineté Alimentaire (COFERSA) est une organisation paysanne qui réunit près de 4000 femmes du Mali. Ces femmes entretiennent des champs de diversité agricole et s’investissent avec dévouement dans la conservation, la transformation et la commercialisation des produits agricoles. Découvrons cette initiative de (...) (Lire la suite…)

Une caravane pour revendiquer le droit à l’eau, à la terre et aux semences

La caravane Ouest-africaine sur la problématique d’accès à l’eau, à la terre et aux semences se déroule du 3 au 19 mars 2016. Plusieurs villes, de Ouagadougou à Dakar, seront parcourues pour interpeler les gouvernants sur ces questions. En marge de cette caravane organisée par la Convergence globale des luttes pour la terre et l’eau en Afrique de l’Ouest, FIAN (...) (Lire la suite…)

Droits à la terre, à l’eau et aux semences : Bobo a accueilli la caravane

Partie de Ouagadougou, la caravane ouest-africaine sur les droits à l’eau, à la terre et aux semences a fait sa première grande escale à Bobo Dioulasso. Objectifs : rencontrer les autorités administratives et toucher du doigt les réalités sociales que vivent les populations au quotidien. L’accès à la terre et à l’eau courante font partie des problèmes que (...) (Lire la suite…)

Barrage de Samandeni : les populations expropriées grondent !

Le barrage de Samandeni est présenté comme le plus grand du Burkina Faso. Il comporte de multiples avantages pour le pays. Si personne ne conteste les retombées de ce barrage hydroélectrique, de nombreuses populations ont cependant été expropriées de leurs terres et les dédommagements ne se seraient pas passés dans les règles de l’art. Alors, la colère gronde et (...) (Lire la suite…)